Il est vrai qu'en général quand je vois un film qui pourrais me plaire, je regarde toujours s'il n'est pas tiré d'un livre. Comme ça je lis le livre avant et après je n'ai plus vraiment envi de voir le film de peur d'être déçu (la logique !). Cependant ce n'est que lorsque j'ai fini le livre Stupeur et tremblements d'Amélie Nothomb que je me suis apperçu qu'il y avait un film. Et bizarrement j'ai tout de suite eu envi de le voir. 

(En complément vous pouvez aller voir ma critique sur le livre ici)

Le film date de 2003 et il a été réalisé par Alain Corneau. Amélie est jouée par Sylvie Testud et Fubuki par Kaori Tsuji, Amélie étant l'héroïne de l'oeuvre et Fubuki sa supérieure directe. 

Le film est raconté par la voix d'Amélie comme dans le livre qui est écrit à la première personne, rythmé par des dialogues. On y découvre donc les pensées d'Amélie qui apprend la vie en entreprise au Japon. En effet la jeune femme retourne au Japon où elle est née et a vécut pendant 5 ans, et se trouve un emploi de traductrice dans la société Yumimoto qui est une entreprise très hiérarchisée. 

Tout le film est rythmé par la même musique au piano très appropriée à l'univers du livre. On remarque tout de suite que le film est une copie quasi conforme du livre ce qui est très rare, et dotant plus agréable car on retrouve très bien l'univers du livre. Le début du film commence par une présentation de la hiérachie de l'entreprise avec les supérieurs d'Amélie, comme dans le livre. 

La jeune femme est immédiatement plongée dans la vie d'entreprise niponne. On la sent perdu dans ce monde qu'elle découvre et l'actrice, Sylvie Testud fait très bien ressentir ce sentiment. Chaque fois qu'elle dit quelque chose elle se fait reprendre et vivement réprimendé. On a cette impression qu'elle fait un peu tâche au milieu des autres employés. D'ailleur, Amélie n'est pas habillée ni coiffée comme sa supérieure féminine qui elle est très stricte, alors qu'Amélie à les cheveux détachés mal coiffés.

On découvre un véritable parallélisme entre cette jeune occidentale et les japonnais, ce qu'on lui repproche d'ailleurs tout au long du film. On lui dit que les cerveaux occidentaux sont inférieurs aux cerveaux japonnais. 

En terme de sénario on peut noter que seuls deux passages manques dont celui sur la condition de la femme au Japon. Le film fait plus ressortir la vie à proprement parlé d'Amélie dans l'entreprise que cette reflexion sur le Japon lui-même. Il y fait tout de même reférence en mentionnant que Mlle Mori n'est pas marié alors qu'elle a dépassé l'âge standard au Japon. 

Dans l'ensemble le film est extrèment fidèle au livre et très bien réalisé. Les acteurs sont très justes dans leur rôles et beaucoup de détails du livre sont retranscrits à l'identique. 

J'ai vraiment été agréablement surprise par ce film qui se regarde très facilement et avec, pour ma part, beaucoup d'intérêt. 

Bonne lecture

                                                    La bibliothécaire romantique